Le Normalien en 1908

-- Mais vous, Monsieur?
Non. Jerphanion n'est pas employé. Il est étudiant. Ca doit être très agréable, la vie d'étudiant? "L'on dit cela, Mademoiselle." Mais dans la vie d'étudiant, il y a aussi les études; et les études, avec les examens au bout, ce n'est pas toujours très drôle. Comment se fait-il qu'il ait à passer les ponts, et à prendre la direction de la rue de Turbigo? Il y a donc une école de ce côté-là? Pas exactement une école; et pas exactement de ce côté-là. Les endroits où Jerphanion suit des cours sont situés sur la rive gauche. "Vous connaissez la Sorbonne? -- Oh oui! Très bien. -- Et l'École Normale Supérieure?" Elle ne connait pas l'École Normale Supérieure. Jerphanion lui explique que dans un autre ordre d'idées c'est l'équivalent de Polytechnique. Elle connaît on ne peut mieux Polytechnique. Au moment qu'elle en parle, il est trop clair que l'uniforme de ces jeunes messieurs lui emplit le regard. Elle est prête a décrire le bicorne, la petite épée. L'idée d'etre courtisée par un Polytechnicien lui semble, à coup sûr, un rêve de grandeur. C'est par politesse qu'elle laisse Jerphanion abuser d'une comparaison aussi brillante. [...]

Jerphanion, qui sent cette indulgence n'en est que plus agacé. Comme s'il y avait quelque chose de plus difficile au monde que le concours d'entrée à l'École! Et n'est-ce pas faire tort à Normale, dont le tamis sans pareil extrait de l'élite même une poignée, que de la comparer à Polytechnique, ou l'on est bien forcé de croire qu'il se glisse, dans le tas, pas mal de tout venant? (Normale-sciences, il est vrai, gâche un peu ce tableau flatteur. Trop de candidats préparent les deux concours, et, reçus aux deux, optent pour Polytechnique. Il faut avouer aussi que le scientifique de l'École, avec sa blouse crasseuse, sa tignasse, sa trogne de potard mal embouché laisse la part belle aux jeunes messieurs a bicorne. Puisse la jolie fille n'avoir pas l'occasion de s'en convaincre!) Jerphanion n'est pas loin de regretter qu'il n'y ait pas un uniforme de l'École. Est-ce qu'il n'en a pas existe un, jadis?... Hélas!... on ose à peine se l'imaginer. Ça devait être du propre! Un semis de violettes, ou de graines d'épinard, sur un habit d'huissier jeunet. Quelque chose qui devait évoquer l'Académicien gamin, l'Enfant de troupe de l'Institut. De quoi faire tordre deux longues rangées de modistes. Quoi qu'il en soit, la publicité de l'École est insuffisante. On en est réduit, pour n'être pas complètement méconnu des modistes, à se réclamer de la Sorbonne. Humiliation encore plus pénible que l'autre, puisqu'elle joue à l'intérieur de la famille.

Jules Romains, Les hommes de bonne volonté, livre 4, chapitre 18.